vendredi 27 février 2009

A20090227

vendredi 20 février 2009

A20090220

jeudi 12 février 2009

Cents lendemains...

Les agents publics se sont mobilisés le jeudi 29 janvier 2009, cette journée d'action unitaire, a rassemblé près de 2,5 millions de personnes, ce qui démontre que le mécontentement des français est évident !

Cette réalité doit amener le Gouvernement à répondre aux attentes non seulement des fonctionnaires, mais des salariés privés, et, de toutes les personnes (étudiants, chômeurs, retraités etc) qui attendent autre chose que des paroles, des promesses ou des actions qui ne profitent en fait qu'à une minorité qui est très loin des préoccupations de la grande majorité des citoyens et citoyennes.

Incontestablement l'ampleur de ce mouvement social ne sera pas sans lendemain...

Nous devons reconnaître que les manifestations avaient une ampleur citoyenne dépassant tout cadre syndical.
C'est bien une manifestation citoyenne qui s'est affirmée loin des esprits de chapelles, et, c'est là incontestablement la preuve que les français en ont assez de la situation qui leur est imposée.

Ceci écrit, les fonctionnaires ont défilé tant dans la capitale, en province, qu' en outremer, pour manifester leur attachement au service public, mis à mal par les réformes engagées dans les hôpitaux, la justice, les collectivités locales ou l'Éducation nationale ;

et demander une réelle revalorisation de leur traitement, eux qui sont les premières victimes de la paupérisation des classes moyennes ; mais aussi :

· dénoncer la remise en cause de leur statut, mis à mal par de nombreux projets gouvernementaux ;

· exiger la mise en place d'un véritable dialogue social, fondé sur de réelles négociations.

L'ampleur de cette mobilisation doit interpeller le Gouvernement, car elle confirme les inquiétudes et l'exaspération des fonctionnaires et des salariés du secteur privé, face à une crise économique dont ils ne sont nullement responsables, mais qui les touche de plein fouet.

Elle attend du Gouvernement d'autres réponses que les simulacres de concertation, le démembrement des services publics, les gesticulations médiatiques sur leur coût, ou la baisse du pouvoir d'achat de ses agents publics (alors que leur rémunération représente globalement moins de la moitié du budget de l'État).

Le Président de la République a su se mobiliser pour sauver les organismes financiers de la banqueroute, il se mobilise encore pour sauver les constructeurs automobiles de la débacle.

Alors, après les personnes morales, nous attendons de voir son implication réelle pour sauver de la paupérisation les personnes physiques,qui sont les forces vives de la Nation !


mardi 3 février 2009

A20090203