mercredi 26 juin 2013

Soutenons la Maternité des Lilas



Le collectif pour la défense de la Maternité des Lilas campe depuis hier devant le ministère des affaires sociales et de la santé face au risque de fermeture de la maternité des Lilas, 

Malgré les promesses de plusieurs membres du gouvernement cette maternité est en péril.

"La Vie Hospitalière" vous invite à signer la  pétition.



Le Collectif a besoin de relais, de soutien, nuit et jour! 

Appel à un rassemblement de soutien ce mercredi à 18 heures devant le Ministère des affaires sociales et de la Santé!

lundi 24 juin 2013

La Croix-Rouge française a élu un nouveau président




Lors de  l'assemblée générale de la Croix-Rouge française, qui s'est tenue le 22 juin,  son conseil d'administration a élu le Professeur Jean-Jacques Eledjam à la présidence de l'association pour les quatre ans à venir. 
Il succède à ce poste au Professeur Jean-François Mattei.

samedi 22 juin 2013

Mauvais conditionnement du Furosémide...l'alerte est levée...


L'alerte sur le mauvais conditionnement de boîtes du Furosémide (médicament utilisé comme diurétique) est levée.
Le directeur de l 'Agence de sécurité du médicament en a décidé ainsi,  précisant que le laboratoire Teva (filiale de Roche) cherche à comprendre comment un somnifère a pu se retrouver dans le conditionnement du Furosémide, souhaitons que les enquêteurs  eux trouvent rapidement la raison...

Aucune anomalie n'a portant été trouvée sur le site de fabrication du Furosémide à Sens (Yonne), après coup..."Sur 70.000 comprimés examinés, nous n'avons trouvé aucun échange", a affirmé le directeur de l'Agence de sécurité du médicament... considérant que "l'alerte est finie".

Il a tenu à préciser que "le Furosémide n'est pas un médicament anodin, il y a danger si les malades ne le prennent pas"...." ils peuvent reprendre le traitement."

Après un, deux...cinq voire sept décès pouvant être lié au traitement sans qu'à ce jour une preuve flagrante puisse démontrer un lien entre la prise de ce médicament et ces mortalités...que de coïncidences.. la prudence s'impose et ce n'est pas parce que l'on ne trouve plus d'aiguille dans le  foin que tout risque est écarté, d'autant que certains ont même mis en cause le pharmacien qui a donné l'alerte ce qui devient quand même malsain.

Nous souhaitons qu'une enquête fasse toute la clarté dans cette affaire où toutes les hypothèses sont permises...

(A suivre)

jeudi 20 juin 2013

Faut il demander le retrait du plan autisme ?

La ministre déléguée aux Personnes handicapées, Marie-Arlette Carlotti, a présenté son 3e plan Autisme qui couvrira la période 2014-2017. ce plan comprend un dépistage dès 18 mois et une orientation vers les méthodes éducatives et non plus psychanalytiques ! La ministre annonce la création de 350 places dites « de répit » ! ces places permettent des placements de courte durée. En revanche Le drame des familles confrontées au vieillissement de leur enfant handicapé mental n’est pas assez soutenu.

Rappelons que le 22 avril, un père a tué son fils autiste d’une quarantaine d’année et a tenté ensuite de se suicider. Un geste de désespoir. Combien de drames ! pour résoudre ces situations. c’est plus de 30 000 familles qui confrontées au vieillissement de leur enfant handicapé mental. En effet, depuis plus de cinq ans, l’Unapei tire la sonnette d’alarme ! Les parents se demandent que vont devenir leurs enfants quand ils ne seront plus là pour s’occuper d’eux !

En 2009, l’Unapei recensait 15.000 personnes handicapées mentales de plus de 45 ans dans l’impasse, sans solution d’accueil ni d’accompagnement.

En 2014, elles seront 30.000 ! De plus Il manque aussi des structures pour accueillir les jeunes adultes !

 L’APPEL des 1000 demande un autre plan a u t i s m e "car ce plan selon eux aura un "résultat , catastrophique pour les personnes souffrant d’autisme et est totalitaire vis-à-vis de ce qui subsiste d’une psychiatrie humaniste soucieuse de la personne en souffrance. dans le plan on considère  que l’autisme ne serait comme un handicap neurodéveloppemental, entraînant des troubles cognitifs et du comportement." "le plan ne répond pas aux attentes des familles , refuse toutes références à la psy - chanalyse comme le souhaite la haute autorité de santé sans compter que les moyens y sont limités sans compter le manque de coordination entre le social, le médico-social et l’éducation nationale !"

POUR UN PLAN AUTISTE COMPORTANT DES MOYENS 
MOBILISATION
Martine Lozano
Militante associative



Pour "La Vie Hospitalière" imposer des "méthodes plus ou moins scientifiques" comportementalistes et rééducatives qui proviennent directement  des U.S.A. et du Canada comme traitement unique pour les autistes apparaît critiquable.
Voir l'article de L'EXPRESS concernant le packing, le pour et le contre...vous pouvez signer la pétition de l'APPEL des 1000 à titre de soutien POUR UN AUTRE PLAN AUTISME 2013 et  POUR LE RETRAIT DE LA RECOMMANDATION DE L’HAS SUR L’AUTISME.

Il y a aussi, en France, un  manque de places pour les personnes handicapées jeunes et vieillissantes, et là un effort tout particulier doit être demandé au gouvernement afin qu'un certain humanisme rime avec autisme.



mercredi 19 juin 2013

FERMETURE DE L’HÔTEL-DIEU : L’AMUF demande en urgence l’intervention de Madame Marisol Touraine


Le projet de l’AP-HP est scandaleux :

Le 4 Mai 2013, Madame Faugères, directrice générale de l’AP-HP annonce la fermeture, programmée le 4 novembre 2013, des urgences de l’Hôtel Dieu et de tous les lits de cet hôpital de renommée internationale

L’Hôpital « debout », oxymore de Monsieur Leguen, président du conseil de surveillance de l’AP-HP, ne sera pas un hôpital mais un vague dispensaire, probablement jamais ouvert 24h/24 comme la tutelle l’annonce. Le futur Hôtel Dieu ne pourra pas accueillir de malades, il ne soignera pas.


La population est mise en danger :

L’AP-HP veut installer son siège sur un site historique, vendre le domaine laissé vacant, et diminuer ainsi ses coûts de fonctionnement sur une échelle plus vaste.

La destruction du plus vieil établissement de santé de France, fondé en 651, site historique en plein cœur de Paris, hôpital accueillant de tous temps les indigents, est symbolique à plus d’un titre. Il signifie le début de la destruction de l’hôpital public.

Cette destruction brutale va gravement diminuer l’accès aux soins, surtout pour la population la plus démunie.

La fermeture d’un grand service d’urgence en plein centre de Paris va provoquer un afflux catastrophique et ingérable de malades dans les services d’urgences parisiennes déjà submergées et n’assurant plus la sécurité des soins.


Qui sera responsable devant la population ?

Madame Faugères, directrice générale de l’AP-HP, Monsieur Leguen, président du conseil de surveillance de l’AP-HP, et Monsieur Evin, directeur général de l’ARS porteront l’entière responsabilité de cette fermeture qui se soldera par des décès, faute d’accès aux soins d’urgence.

Madame Touraine, ministre de tutelle, sous l’autorité de Monsieur Hollande, Président de la République, ne pourra qu’être éclaboussée par ce scandale sanitaire en plein centre de Paris.


L’austérité tue :

La fermeture de lits d’hospitalisation complète, de services d’urgences, diminue mathématiquement l’accès aux soins. Toutes les études internationales montrent que la fermeture de services d’urgences et/ou de réanimation se traduit par une augmentation du nombre de décès évitables et par une dégradation de tous les indices sanitaires.


Le projet de l’AP-HP doit être abandonné :

L’AMUF demande que le projet de l’AP-HP soit retiré, que l’Hôtel Dieu garde son service d’urgences et ses lits d’hospitalisation complète, et que son projet médical avec éventuellement des restructurations soit en mesure de répondre aux objectifs de santé publique et aux besoins des malades de la capitale.


L’AMUF demande à Madame la Ministre de se positionner officiellement sur ce grave sujet :

Madame Touraine doit annuler la décision de fermeture de l’Hôtel Dieu, sous peine de couvrir de son autorité Madame Faugères, Monsieur Leguen et Monsieur Evin, passibles de poursuites devant les tribunaux de la république pour atteinte à la santé publique et mise en danger de la vie d’autrui en toute connaissance de cause.

L’AMUF interpelle solennellement les plus hauts représentants de l’état pour la sauvegarde du plus vieil hôpital parisien, pour la défense de l’hôpital public, garant indispensable de la cohésion sociale elle-même mise à mal en ces temps de crise économique.


(Communiqué AMUF du 18 juin 2013)

mardi 18 juin 2013

3 ème Journée Nationale de l'alimentation le 20 juin


Le 20 juin, le menu unique sera sur toutes les tables

La Journée Nationale de l'alimentationdu, c’est d’abord un principe : 
La déclinaison d’un même menu dans tous les établissements participants, afin de créer un véritable événement qualité, pour les patients, les personnels et le grand public, autour de l’alimentation-nutrition en établissements de santé. 

Pour aider les professionnels à réaliser ce menu (menu Parmentier de saumon, menu Parmentier d'agneau), une fiche technique leur a été fournie, téléchargeable, et des plats spécifiques ont été conçus par les partenaires. N’hésitez pas à les consulter.


mercredi 12 juin 2013

Cas de maltraitance avéré dans un EHPAD


Marisol TOURAINE, ministre des Affaires sociales et de la Santé, et Michèle DELAUNAY, ministre déléguée chargée des Personnes âgées et de l’Autonomie, condamnent la prise de photographies humiliantes de personnes très âgées ou handicapées, vulnérables, au sein de l’Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) « La Rose des vents », du Centre hospitalier de Gisors (Eure).

 "La Vie Hospitalière" réaffirme que des contrôles doivent être réalisés dans les EHPAD afin que  notamment certaines règles soient respectées.

Nous rappelons le cas de l'EHPAD "Les Champs" à Coulommiers (Seine-et-Marne) appartenant à la Fondation des Caisses d'épargne et de la solidarité, où trois employés avaient été poursuivis pour mauvais traitements, ceci avait dépassé de loin la prise de "photos dégradantes" puisque l'une des personnes poursuivies étouffait la pensionnaire jusqu'à ce qu'elle s'évanouisse...la peine de 1 an de prison avait été donnée par le tribunal de Meaux à cet agent qui plus est travaillait sans aucune qualification dans un service où étaient hébergées des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer, c'est là un cas honteux, que nous ne saurions oublier d'autant que cet EHPAD faisait partie d'un programme de privatisation insidieux, permettant de fermer la maison de retraite publique (30 lits) en centre ville afin de préparer la vente de l'hôpital Abel-Leblanc (1)

Mais ce qui est scandaleux c'est le fait aussi de la part de ces établissements privés d'embaucher des individus sans aucune compétence, alors que le prix d'une journée d'hébergement de ces pathologies est quand même assez cher. Mais c'est un moyen pour certains de se faire de l'argent, et bien évidemment moins il y a de coût salarial et plus l'opération est rentable...

1) Cette vente n'a pas été faite suite aux actions du "Syndicat Autonome Santé" (SSRC-SAS) qui a estimé que la Fondation Abel Leblanc existait et que la ville se devait de respecter les conditions par lesquelles Abel Leblanc souhaitait faire hériter la ville de Coulommiers de toute sa fortune.
Cette condition se résumait très clairement au fait que la ville devait construire un hospice pour héberger les plus démunis.



Lien: 

Cas de maltraitance dans un EHPAD



Nous rappelons ici même la Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance
 (version 2007 révisée et abrégée)

ARTICLE I
CHOIX DE VIE  
      
Toute personne âgée devenue handicapée ou dépendante est libre d’exercer ses choix dans la vie quotidienne et de déterminer son mode de vie.

 
ARTICLE II
CADRE DE VIE  
      
Toute personne âgée en situation de handicap ou de dépendance doit pouvoir choisir un lieu de vie - domicile personnel ou collectif - adapté à ses attentes et à ses besoins.

 
ARTICLE III
VIE SOCIALE ET CULTURELLE  
      
Toute personne âgée en situation de handicap ou de dépendance conserve la liberté de communiquer, de se déplacer et de participer à la vie en société.

 
ARTICLE IV
PRÉSENCE ET RÔLE DES PROCHES  
      
Le maintien des relations familiales, des réseaux amicaux et sociaux est indispensable à la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance.

 
ARTICLE V
PATRIMOINE ET REVENUS  
      
Toute personne âgée en situation de handicap ou de dépendance doit pouvoir garder la maîtrise de son patrimoine et de ses revenus disponibles.

 
ARTICLE VI
VALORISATION DE L'ACTIVITÉ  
      
Toute personne âgée en situation de handicap ou de dépendance doit être encouragée à conserver des activités.

 
ARTICLE VII
 LIBERTÉ D'EXPRESSION ET LIBERTÉ DE CONSCIENCE  
      
Toute personne doit pouvoir participer aux activités associatives ou politiques ainsi qu’aux activités religieuses et philosophiques de son choix.

 
ARTICLE VIII
 PRÉSERVERVATION DE L'AUTONOMIE  
      


La prévention des handicaps et de la dépendance est une nécessité pour la personne qui vieillit.

 
 
ARTICLE IX
 
ACCÈS AUX SOINS ET À LA COMPENSATION DES HANDICAPS  
      
Toute personne âgée en situation de handicap ou de dépendance doit avoir accès aux conseils, aux compétences et aux soins qui lui sont utiles.

 
 
ARTICLE X
 
QUALIFICATION DES INTERVENANTS  
      
Les soins et les aides de compensation des handicaps que requièrent les personnes malades chroniques doivent être dispensés par des intervenants formés, en nombre suffisant, à domicile comme en institution.

 
 
ARTICLE XI
 RESPECT DE LA FIN DE VIE  
      
Soins, assistance et accompagnement doivent être procurés à la personne âgée en fin de vie et à sa famille.

 
 
ARTICLE XII
 
LA RECHERCHE : UNE PRIORITÉ ET UN DEVOIR  
      
La recherche multidisciplinaire sur le vieillissement, les maladies handicapantes liées à l’âge et les handicaps est une priorité. C’est aussi un devoir.
 
 
ARTICLE XIII
 EXERCICE DES DROITS ET PROTECTION JURIDIQUE DE LA PERSONNE VULNÉRABLE  
      
Toute personne en situation de vulnérabilité doit voir protégés ses biens et sa personne.

 
 
ARTICLE XIV
 
L'INFORMATION  
      
L’information est le meilleur moyen de lutter contre l’exclusion.

 


Lorsqu’il sera admis et acquis que toute personne âgée en situation de handicap ou de dépendance
est respectée et reconnue dans sa dignité, sa liberté, ses droits et ses choix,
cette charte sera appliquée dans son esprit.

Vous pouvez télécharger la version intégrale sur le site de la Fondation Nationale de Gérontologie (la Fng tenait un stand au salon de l'handicap organisé à la Porte de Versailles par la Fédération Hospitalière de France c'est à cette occasion que nous avons pu rencontrer des personnes très compétentes sur tout ce qui touche le droit des personnes âgées ou handicapées et/ou dépendantes).


lundi 10 juin 2013

Conférence-débat à Reims "Les entraves aux droits"

Une conférence-débat intitulée "Les entraves aux droits" est prévue le  lundi 17 juin  à la Maison de la Vie Associative, à Reims.

Dans le cadre de la Journée Mondiale de Lutte contre la Maltraitance des Personnes Agées, l’Office Rémois des Retraités et Personnes Agées (ORRPA) propose une conférence-débat le lundi 17 juin prochain à 14 heures à la Maison de la Vie Associative de Reims. cette conférence sera animée par le Professeur François Blanchard, gériatre au CHU de Reims.


dimanche 9 juin 2013

Notre santé est en danger : Le 15 juin manifestons tous ensemble




Réunis à l'occasion des 6 heures pour la Santé, l'Action sociale et la Protection sociale, les représentants des organisations du collectif national Notre Santé en Danger appellent à participer massivement à la manifestation nationale unitaire le 15 juin à Paris.

La santé, l'action sociale et la protection sociale sont malades des politiques menées et des plans d'austérité se succédant depuis des années!
Il est urgent d'agir !

Pendant 6 heures dans une ambiance de travail et de recherche constructive, les participants à cette initiative inédite de part la confrontation d'idées entre associations, mutuelles, syndicats et partis politiques, ont échangé et partagé les mêmes exigences d'élaborer des propositions alternatives dans quatre ateliers : l'accès aux soins et à l'action sociale ; quelle organisation des soins et de l'action sociale ; quel financement de la Sécurité sociale ; la situation en Europe.
De cette journée, s'est dégagé un consensus sur des exigences essentielles telles que la défense de l'hôpital public inséré dans un service de santé public de proximité, l'égalité d'accès aux soins et à l'action sociale sur tout le territoire avec la préservation et le développement de structures telles que les centres de santé, la défense des principes de solidarité, d'universalité, d'unicité de la Sécurité sociale et l'objectif du 100% de remboursement des soins.

La participation de soignants de Grèce et du Portugal a renforcé la détermination de toutes et tous à déployer la solidarité en France, notamment pour soutenir les dispensaires solidaires, et à tout faire pour renforcer la convergence des luttes en Europe comme à l'AlterSommet d'Athènes le week-end prochain.

Le 15 Juin peut et doit être un moment fort de rassemblement pour porter ces propositions, pour exiger un financement de la protection sociale et de la sécurité sociale à la hauteur des besoins et pour un grand service public de santé et d'action sociale !

(Communiqué du Collectif Notre Santé en Danger)
Contact : collectif.nsed@gmail.com 



Tous et toutes à la manifestation !

Samedi 15 juin 2013 à 13 h. 
Place de la Bastille

LA SANTE N’ EST PAS UNE MARCHANDISE LA SITUATION EST DE DEPENSER PLUS POUR SE SOIGNER MOINS "
aujourd’hui se soigner devient de plus en plus difficile" "et coûte de plus en plus cher" avec les franchises, déremboursements des médicalement ; l’imposition des indemnités journalières des victimes , la remise en cause du 100% pour les affections de longues durée , les dépassements d’honoraires ; Rappelons que toutes les mesures qui empêchent le malade de se soigner correctement en France sont maintenues ; l’imposition des indemnités journalières des victimes d’accidents du travail ,de la vie et de maladies professionnelles. Cette taxation des accidentés du travail représente la double peine, la triple peine des salariés déjà victimes d’un accident du travail , Déjà confrontés à la souffrance du handicap et qui vivent avec des revenus diminués.On se rappelle le film de Michael Moore relate une anecdote sur le système de santé américain : un homme qui souffre de fractures à deux doigts attend à l’hôpital le devis de la " réparation ; " Or il n’a pas les moyens de se faire soigner les deux doigts, le médecin lui demande alors " quel doigt voulez-vous que je vous soigne. "

LA SITUATION EST à LA DIFFICULTE D ’ACCES AUX SOINS avec les déserts médicaux, les restructurations, les fermetures de services et d’hôpitaux ainsi que des Réductions des emplois ; La durée de séjour dans le hôpitaux est réduite pour les malades. des fermetures de services interviennent tous les jours : maternités, radiothérapie d’Argenteuil ,chirurgie et maternité de Marie Galante, fermeture de services hospitaliers de maternité, de centre IVG, de centre de psychiatrie , de centre du handicap et baisse de la prise en charge des personnes âgées ;


Rappelons que sur l’hôpital La loi Bachelot « Loi Hôpital Patient Santé Territoire » est maintenue, elle prévoit la privatisation de la santé aux prédateurs privés !

On est en train de transformer la santé en secteur marchand qui génère des bénéfices ! pour le PERSONNEL c’est la DEGRADATION DES CONDITIONS DE TRAVAIL ! le monde médical dans son ensemble n ’a jamais été dans une telle souffrance, en effet on apprend selon le Docteur Pelloux médecin urgentiste que règnent aux urgences : insécurité ,violence, burnout chez le personnel soignant, stress ,fatigue, maladie musculo squelettique, suicides chez les urgentistes, selon le Docteur Pelloux un suicide par trimestre dont la presse parle peu, on banalise la souffrance chez le personnel hospitalier comme on banalise le fait d’attendre nous exigeons des salariés plus nombreux, mieux formés, mieux payés = plus de rentrées de cotisations,


TOUTES SES DEGRADATIONS SONT LE FRUIT DE LA LOI BACHELOT LA PRIVATISATION LIVRE LA SANTE AUX PREDATEURS PRIVES

DESTRUCTION DE LA PROTECTION SOCIALE par la baisse du coût par la baisse du coût du travail , la baisse du salaire , la baisse des cotisations ! les professionnels de la santé , les usagers et les patients : nous serons toutes et tous dans la manifestation le 15 JUIN 2013 à BASTILLE pour l’accès aux soins gratuits, la reconquête de la sécurité sociale et pour un service public de santé !

Nous exigeons :
 Un grand service public de la santé et de l’action sociale.
 Le retour à une protection sociale, ouverte à toute la population, basée sur le principe « chacun cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins »
 Une réponse à tous les besoins sociaux pour mettre fin à toutes les formes d’exclusion
 L’accès à des soins de qualité pour toutes et tous partout de façon permanente
 L’arrêt immédiat des restructurations et fermetures pour en finir avec la loi HPST dite Loi Bachelot
 La défense et l’amélioration des statuts et des conventions collectives
 Des emplois plus nombreux et qualifiés répondant aux besoins 

Nous appelons à participer massivement à la manifestation nationale unitaire à Paris le samedi 15 juin, Toutes et tous ensemble Pour un financement de la protection sociale et de la sécurité sociale à la hauteur des besoins, pour un grand service public de santé et d’action sociale !

POUR LA SANTE, L’ACTION SOCIALE , LA PROTECTION SOCIALE

Notre santé est en danger Partout en Europe on assiste à des réactions populaires !

Martine LOZANO
Militante associative


vendredi 7 juin 2013

Journée mondiale de lutte contre la maltraitance des personnes âgées



Organisée par  "Allo maltraitance des Personnes Agées" (ALMA) avec ses partenaires, dans le cadre de la 7 ème Journée mondiale de lutte contre la  maltraitance des personnes âgées.

Aujourd’hui, la société occidentale s’inquiète des abus adressés aux personnes âgées. L’intérêt pour cette problématique en Europe croît depuis une quinzaine d’années.
La journée a pour but de sensibiliser l'opinion publique sur un phénomène inacceptable et tabou dans notre société, un fléau qu'il faut ensemble condamner, la maltraitance des personnes âgées.
Les victimes sont les personnes les plus fragiles, en majorité des femmes (75%), plutôt âgées (en moyenne 79 ans) vulnérables, incapables de se défendre ou de réagir sont des victimes désignées (elles sont souvent dépendantes).
Les maltraitants
Même s'il est difficile de distinguer clairement les divers aspects de la maltraitance, physiques, psychologiques ou financiers, les petits frères des Pauvres qui accompagnent près de 8.000 personnes dans l'Hexagone, se préoccupent particulièrement des maltraitances financières, car bien des actes de malveillance et des violences physiques sont motivés par des intérêts matériels. Ils sont souvent d'origine familiale et proviennent aussi de l'entourage non familial de la personne à domicile ou en institution (le voisinage, les personnels soignants, les démarcheurs…). Ces malveillances financières sont souvent des actes à la limite de la légalité, discrets et invisibles, qui passent parfois inaperçus aux yeux des victimes âgées elles mêmes qui peuvent ne pas être en pleine possession de tous leurs moyens.

Dans les établissements d'accueil des personnes âgées, les maltraitances sont souvent la conséquence d'un manque de personnel et de moyens. 

Cette situation est inadmissible de la part de lieux de vie où les personnes doivent évoluer dans un environnement professionnel, apportant soins, sérénité et protection. 
Des maltraitances civiques (atteinte aux droits des personnes) sont également constatées dans les établissements.

"On entend beaucoup parler de cette maltraitance quand ça se passe dans des institutions spécialisées et ça choque tout le monde car elles sont commises par des professionnels formés" précise pour "Le Point"  Caroline Lemoine, porte-parole d'Habeo, qui gère le numéro d'appel national 3977 contre la maltraitance des personnes âgées et des adultes handicapés.
La formation des professionnels...une priorité?
Pour "La Vie Hospitalière" bien des cas de maltraitance proviennent d'un manque de formation spécifique évident, et notamment sur les risques encourus par ceux qui sont reconnus coupables de maltraitance envers les personnes fragiles...les exemples ne manquent pas hélas...mais il ne faut pas oublier les responsables directs et indirects de telles situations.

Et, afin de conclure il apparaît très clairement qu'un nombre d'intervenants (soignants et autres) soit suffisant, c'est là une condition très importante d'une bientraitance envers les personnes âgées et celles qui moins âgées sont dans une situation de dépendance.

Et, là c'est tout un concept qui est à revoir...


Le 12 juin 2013 de 14 heures à 17 heures
Maison des Associations
11 Rue Caillaux
75013 Paris





Colloque Vulnérabilités et Citoyenneté - Que dit le droit ?

Le 12 juin 2013 (à 9 heures 30)

 Ministère des affaires sociales et de la santé
 Salle Pierre Laroque, 
14 avenue Duquesne, 
75007 PARIS




 Note de "La Vie Hospitalière": le 12 juin c'est la "Journée mondiale contre le travail des enfants", la "Journée mondiale de lutte contre la maltraitance des personnes âgées" est  prévue pour le 15 juin 2013...Nous vous conseillons de télécharger le document de 54 pages financé par le gouvernement canadien (pionnier dans la lutte contre la maltraitance des personnes âgées) et diffusé par l'IFA:
Trousse de sensibilisation aux abus envers les aînés






"La vieillesse bien comprise est l'âge de l'espérance"
Victor Hugo

mardi 4 juin 2013

L'avancement de carrière des agents hospitaliers serait menacé au Centre hospitalier d'Abbeville ?...


La Direction de cet établissement,  du département de la Somme, envisage purement et simplement la suppression des « durées intermédiaires d'avancement d'échelon » selon une information du secrétariat de direction en date du 21 mai !...

Ce sont 1.300 agents hospitaliers non médicaux de l'hôpital, du centre de gérontologie et de l'EHPAD Georges-Dumont qui pourraient être concernés directement.

Bien évidemment les organisations syndicales font barrage à cette idée qui remet en cause encore un peu plus l'avancement des personnels.
En fonction de leur notation et de leur ancienneté, ces derniers peuvent en effet gagner plusieurs mois sur un avancement à l'échelon supérieur, qui est combiné à une prime, la Direction espère ainsi économiser 150.000 euros par an...pour environ 1300 agents.
Encore une atteinte au nom de la rentabilité des services publics hospitaliers qui cette fois encore est  préjudiciable aux personnels et ce sont leurs avantages qui sont remis en cause.

 Le Centre hospitalier d'Abbeville

"La Vie Hospitalière" entend dénoncer de telles décisions qui démotivent les personnels et porte atteinte à leurs intérêts et à leurs acquis. C'est indigne et souhaitons qu'il soit mis un terme à ce projet qui va à l'encontre des intérêts des personnels de Santé dont les émoluments ne sont pas très motivants quant aux avantages ils s'estompent avec le temps c'est une "évolution" qui est néfaste sur tous les plans, avec pour seul leitmotiv: faire du chiffre, qu'importe si les personnels se découragent, se fatiguent physiquement et moralement.L'absentéisme, le burn out (etc) gagnent du terrain et c'est regrettable que dans le monde de la Santé on évalue si peu les coûts réels de ces effets dus à des causes qui auraient pu être prises en considération, la prévention nécessite il est vrai des qualités humaines qui peuvent faire défaut...

Le Directeur du Centre hospitalier d'Abbeville  quant à lui se justifie en faisant valoir une recommandation donnée dans le dernier rapport de la Chambre régionale des comptes, qui a constaté que ces avancements intermédiaires conduisaient à un système avantageux pour les personnels mais coûteux pour l'établissement ...(tout avantage a un coût..).
Ainsi certains administrateurs de la Fonction Publique Hospitalière ont des avantages (logement de fonction, véhicule de fonction, primes...) ils ont aussi un coût ces avantages que la Chambre régionale des comptes pourrait évaluer avec précision ceci écrit en passant (1)...

Quant à la décision de la Direction... elle sera connue seulement fin 2013 (2) ...d'ici là...

(A suivre)




1) « La société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration. »
(Article 15 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen) ceci est rappelé sur la page d'accueil du site de la Cour des Comptes...

2) Une question:  Quel est l'avenir professionnel réel dans la Fonction publique hospitalière? Au fur et à mesure que le temps passe au lieu d'avancer on rétrograde, c'est une approche très discutable qui devient fortement préoccupante pour les professionnels de Santé.

dimanche 2 juin 2013

Une pétition pour sauver l'EHPAD de Lagny-sur-Marne


Une pétition a été lancée en mai par un collectif pour sauver notamment l'EHPAD de Lagny (77) à soutenir car pour "La Vie Hospitalière" la situation se dégrade de jour en jour, les orientations engagées deviennent de plus en plus inquiétantes pour l'avenir.
On rappelle aussi que l'hôpital de Jossigny fait payer le droit de stationner et que cerise sur le gâteau la gestion est attribuée à "Vinci Park", nous avons déjà dénoncé cette situation qui est pour nous loin d'être exemplaire pour un service public. 



 Notre santé est en danger il est temps de réagir.

"Notre territoire qui s’étend de Roissy-en-Brie à Roissy-en-France est sous doté en matière d’équipement de santé : moins de 500 lits à l’hôpital de Marne-la-Vallée pour une population de bientôt 500 000 habitants comprenant plus de 150 000 salariés à la plate-forme aéroportuaire de Roissy ainsi que deux usines classées Seveso.

Aucun centre de santé public dans le nord-ouest Seine-et-Marnais n’est envisagés par les « décideurs » ; les maisons de santé regroupant les médecins libéraux (souvent de secteur 2) ne constituent pas à notre avis une réponse satisfaisante à la « désertification médicale » de notre territoire.

La Seine-et-Marne est le seul département de la région Île-de-France dépourvue de CHU ; les besoins en personnels formés sont considérables et nullement pris en compte par l’ARS qui a une vision uniquement comptable de la situation.

Le reste à charge des patients est d’autant plus lourd que le secteur  « 1 » disparaît notamment chez les spécialistes.

Par la presse on nous annonce que la fermeture de l’EHPAD de Lagny est programmée pour septembre 2013, c’est le dernier établissement public adossé au service hospitalier.

Cette fermeture, si elle est confirmée serait vécue comme un vrai scandale puisqu’il ne resterait qu’un HEPAD  public entouré de vingt deux établissements privés sur le territoire.

L’engagement pris par le Conseil Régional d’Île-de-France et Marne-et-Gondoire de réserver sur le site Saint-Jean de Lagny 3,5 ha, pour un pôle de santé, comprenant l’EHPAD avec remise aux normes et une capacité d’accueil augmentée serait renié et la parole des décideurs par ce fait se retrouverait gravement remise en cause.

La population de Lagny et du Nord-Ouest de notre département n’acceptent plus ces décisions prises sans consultations qui provoquent des situations dramatiques pour les malades et les aidants.

Nous décidons donc de réagir pour fédérer toutes les initiatives et engageons toutes les actions utiles pour défendre notre système de santé et ses structures hospitalières.

Notre Santé est en danger, nous attendons du gouvernement qu’il prenne des mesures d’urgence.

La  politique de l’ARS qui applique de nouvelles coupes sur les structures de santé n’est toujours pas remise en cause par le gouvernement Ayrault

La loi de l'argent l'emporte sur le droit à la santé pour tous, cela résulte d’une politique de santé menée depuis des années et fortement accélérée avec la loi Hôpital Patient Santé Territoire (loi Bachelot) dont les maîtres mots sont contraintes budgétaires, efficience, rentabilité, marché et privatisation. Les décisions de l’ARS vont à l’encontre de l’intérêt des patients…


Signez en ligne pour soutenir les propositions afin que soient défendues et développées des structures publiques de Santé ! (Hôpitaux, Centre de santé, Pôle de santé, EHPAD).

Pour "La Vie Hospitalière" il a encore beaucoup de chemins à faire avant que les personnes concernées par les décisions prises soient effectivement consultées préalablement, beaucoup d'esbrouffre et surtout de manipulations dont le fond est surtout celui de la démagogie.

Pire la "démocratie sanitaire" est en passe de devenir une "oligarchie sanitaire"!
Essayez d'avoir (par exemple) les avis des conférences de territoires et vous vous apercevrez que c'est pratiquement le parcours du combattant.L'ennui c'est que la loi HPST (que nous décrions pourtant) n'est même pas respectée par ceux qui ont le devoir de le faire, c'est un comble pour ne pas écrire une ignominie.

Nous sommes donc déterminés à aller beaucoup plus loin, et, avec comme seuls objectifs : des résultats!

Toutefois nous avons déjà fait la remarque que le blog de la Conférence du territoire de la Santé de Paris est un exemple qui devrait être suivi par bon nombre de responsables des Conférences de territoires en France.

Au fait avez-vous d'autres exemples, nous on se pose toujours bien des questions à ce sujet?


(A suivre)





samedi 1 juin 2013

Médecine nucléaire et démocratie sanitaire

Sans faire d’amalgame « La Vie Hospitalière » estime que les patients ont des droits... mais que les limites de ces droits sont très mal définies et surtout susceptibles d’être occultés dans certains cas? 

La médecine nucléaire à des secteurs de plus en plus privatisés un dossier a été ouvert  par nous avec des interventions auprès de certains responsables...pour plus de clarté et surtout une équité non feinte, avec des propositions de notre part (en leur temps) pour une meilleure information des "administrés"...

Sur ce  même sujet notons un communiqué de l'Association pour la Protection contre les Rayonnements Ionisants (1) qui dénonce les flux tendus, la mobilité des personnels, certaines dérives, des points obscurs aussi... en 2006  déjà pour rappel (après des incidents de radiothérapie ) l'APRI avait demandé auprès de l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) que soit rendus publics les incidents liés directement et indirectement à la médecine nucléaire (2).



Dans la loi HPST on parle  de démocratie sanitaire comme une avancée effective avec la création d'une instance laissant penser à plus de transparence (conférence de territoire)...mais bien que ses avis doivent être rendus publics (ainsi que ses propositions même minoritaires...) les réunions ne sont pas publiques...et les avis tardent lamentablement à être publiés, l'opacité demeure sur biens des points...

Les citoyens et citoyennes sont très mal informés, (malgré une apparence trompeuse) bien que la loi HPST prévoit des informations sur les orientations engagées en matière de santé...la participation des syndicats - par exemple - (représentatifs ou non -,  des associations, des usagers...est toutefois limitée et elle se réalise comme on a pu le constater  dans un cadre, souvent, de sensibilités politiques communes avérées...ne dit-ont pas: "les amis de nos amis sont nos amis"... une forme de la démocratie réduite à  sa plus simple apparence ... permettant bien des dérives.


(A suivre)


1) L'APRI créée en 1960 est une association historique ayant comme présidents d'honneur le Docteur Pierre Pizon (Médecin radiologue) et Maurice Eugène André (Commandant de l'Armée de l'air belge, expert NBC), auteurs de nombreux ouvrages (édités par l'APRI).

2) La médecine nucléaire regroupe toutes les utilisations de radionucléides en sources non scellées à des fins de diagnostic ou de thérapie. Les utilisations diagnostiques se décomposent en techniques in vivo, fondées sur l’administration de radionucléides au patient, et en applications exclusivement in vitro.