jeudi 13 février 2014

Nouvelles réactions indignées suite à la menace de la Fédération de l’hospitalisation privée de ne plus accueillir de stagiaires infirmiers


Suite à l'annonce par la FHP de son intention de mettre fin temporairement à l’accueil des étudiants en soins infirmiers en stage à partir du 1er mars 2014 pour une durée indéterminée, pour protester contre la façon dont les tutelles traitent le secteur privé, une nouvelle réaction indignée se fait entendre.
Dans un communiqué le 10 février, l'Association nationale des directeurs d'écoles paramédicales (Andep) et le Comité d'entente des formations infirmières et cadres (Cefiec) "en appellent à la responsabilité collective et demandent à la FHP de revoir sa position afin d’autoriser la poursuite des missions de formation dans un cadre serein et propice aux apprentissages".
Pour eux, cette décision unilatérale est "choquante tant dans sa forme que sur le fond". Cela met "inutilement de graves tensions" pour le déroulement de stages des étudiants partout en France, présente "un vrai risque qualitatif" et pourrait remettre en cause la diplomation des futurs professionnels en juillet. "La FHP déclare recevoir environ 10.000 stagiaires infirmiers sur l’année et nous reconnaissons l’effort consenti et la valeur de ces stages pour les étudiants infirmiers notamment en chirurgie", signalent néanmoins pour finir l'Andep et le Cefiec.

(Source HOSPIMEDIA)

vendredi 7 février 2014

Halte à la technocrtaie étatico-syndicale!

Par François Portzer, Secrétaire Général de la FGAF

Notre pays est aujourd'hui en proie à une agitation sociale originale qu'à l'instar des évènements de mai 68, ou de la chute du Mur de Berlin en 1989, personne n'avait pressenti.
Ainsi, en Bretagne, des foules nombreuses arborant des Bonnets rouges, référence locale à une célèbre révolte fiscale sous Louis XIV, et le Gwen ha Du, emblème de la région, s'en prennent  massivement aux portiques dressés sur les routes de la péninsule pour percevoir un nouvel impôt décidé à Paris : l'Ecotaxe.

Par contraste, les syndicats traditionnels qui avaient décidé de se rassembler  le 23 novembre dernier en Bretagne, ne sont parvenus qu'à réunir péniblement quelques milliers de manifestants, malgré la présence sur place des Scrétaires généraux venus spécialement de la capitale...Comment expliquer ce désaveu flagnant du syndicalisme confédéré?

Lire la suite sur le site de la FGAF

L'UNSA satisfaite de l'affiliation du SMPS

La Fédération UNSA Santé et Sociaux est très satisfaite de la décision du SMPS (Syndicat des Manageurs Publics de Santé ) prise par les adhérents, en congrès national extraordinaire ce Mercredi 5 février 2014, qui ont voté à une très large majorité leur entrée dans l’UNSA Santé et Sociaux.

Cette arrivée des managers des secteurs du sanitaire, du médico-social et du social permettra un apport non négligeable à la représentativité de l’UNSA dans la Fonction Publique Hospitalière.

L’UNSA Santé et Sociaux très présente dans toutes les catégories professionnelles sera confortée par la présence importante des Directeurs hospitaliers, médico-sociaux et sociaux au sein de l'UNSA Santé et Sociaux.

Françoise KALB Secrétaire Nationale UNSA Santé et Sociaux

(Communiqué UNSA)

jeudi 6 février 2014

Le SMPS vote le principe d'une affiliation

Les adhérents du SMPS, en congrès national extraordinaire à l'auditorium de l'Hôpital Européen Georges Pompidou, se sont prononcés à 96% en faveur de l’affiliation du syndicat UNSA santé sociaux public et privé. 

Les dispositifs de la loi de 2010 modifiant les critères de représentativité des organisations syndicales, 
le SMPS a souhaité consulter ses adhérents et a ainsi mené pendant plusieurs mois une large 
concertation avec des forums en régions, un espace de débat numérique et un débat national. Cette concertation s’est achevée par deux heures de débat et un vote en congrès national extraordinaire ce mercredi 5 février 2014. 

Les adhérents du SMPS, en se prononçant massivement en faveur d’une affiliation, ont ainsi fait le choix clair de conserver l’autonomie du syndicat (budget, organisation et doctrine) tout en garantissant sa place d’interlocuteur de premier plan des pouvoirs publics sur l’ensemble des problématiques des directeurs, ingénieurs et cadres publics de santé. 

Le SMPS poursuivra ainsi dans un cadre rénové son action au bénéfice des adhérents. Il portera, dans la campagne électorale qui s'ouvre, la vision des métiers des directeurs et cadres au service des établissements publics du secteur sanitaire et médico-social. Pour Christophe Gautier, Président du SMPS, « Par ce vote, le SMPS montre que le syndicat sait s'adapter de façon réaliste et pragmatique au nouveau contexte. Le SMPS reste le seul syndicat autonome représentant exclusivement les directeurs et cadres. Le choix de l’affiliation traduit l’ambition du SMPS de porter le plus efficacement possible la voix de ses adhérents et de tracer des perspectives d'avenir»

Le SMPS porte la vision des directeurs et des cadres hospitaliers, fidèle aux valeurs d’un service public de santé tourné vers l’avenir.

(Communiqué du SMPS)

mardi 4 février 2014

Manitestation le 6 février pour plus de justice sociale !


Licenciements, bas salaires, précarité, austérité…
Plus de justice sociale !

Le gouvernement continue ses politiques d’austérité et octroie toujours plus de cadeaux au Medef au nom d’un soi-disant « coût du travail » trop élevé. C’est pourtant grâce aux cotisations sociales que chaque salarié, chaque privé d’emploi, chaque retraité peut faire face à tous les aléas de la vie de la naissance à la mort (maladie, maternité, accident du travail, chômage, retraite, prestations familiales) permettant « à chacun de se soigner selon ses besoins et quelque soient ses moyens ».
C’est le coût du capital qui doit être dénoncé pour faire place à une autre répartition des richesses.

Déjà 230 milliards d’exonérations sociales et fiscales accordés au Patronat auxquelles s’ajoutent, les 20 milliards d’euros du Crédit Impôt Compétitivité Emploi et l’exonération de près de 35 milliards d’euros de cotisations sociales de la Branche famille, alors que les profits du CAC 40 explosent et que des dividendes exorbitants sont versés aux actionnaires (43 milliards en 2013).
Et ce sont toujours les travailleurs, les jeunes, les retraités et les chômeurs qui payent les cadeaux fait au patronat et les politiques d’austérité mises en œuvre par le gouvernement :
  • Augmentation depuis le 1er janvier de la TVA, impôt le plus injuste et inégalitaire.
  • Démantèlement du tissu industriel avec comme conséquence la destruction de milliers d’emplois directs et indirects.
  • Coupes claires dans tous les budgets remettant en cause tous les services publics.
  • Baisse des salaires et des pensions.(1)
  • 1000 plans par an de destruction d’emplois facilités aujourd’hui par l’ANI
C’est inacceptable !
Dans tout le pays, les luttes des salariés se multiplient dans une démarche d’action de convergence interprofessionnelle et intergénérationnelle.
Que l’on soit salarié du privé, du public, dans l’industrie, l’agro-alimentaire, les transports, la pétrochimie, la métallurgie, l’énergie, la presse, la filière portuaire, le BTP, le commerce, l’hôpital public, l’éducation, les télécommunications, la Poste, à la Sécurité sociale, la propreté, à pôle emploi, dans la mutualité, dans les collectivités locales, dans la santé privée, dans l’action sociale… , privés d’emploi ou retraités ,nous sommes tous concernés !

En luttant pour le maintien et le développement de l’emploi, pour l’augmentation généralisée des salaires, des revenus de remplacement, des pensions, des services publics de qualité, c’est aussi lutter pour reconquérir une protection sociale solidaire de haut niveau.
C’est tous ensemble que nous gagnerons.
Unis et déterminés pour le progrès social !

Manifestation à 14h, place de la République à Paris

(source CGT)


1) La nouvelle augmentation d'impôts, la TVA passée à 20%,  c'est encore moins de pouvoir d'achat pour surtout tous les petits salariés, et les retraités c'est une honte! Quant aux chômeurs, aux fins de droits à tous ceux qui subissent l'injustice sociale ils ne sont même pas pris sérieusement en considération...aujourd'hui c'est la loi de l'argent qui domine avec comme fondation l'exploitation et la misère des hommes...

Note de "La Vie Hospitalière" 
Quelles seront aussi les conséquences du Traité transatlantique qui se prépare à notre insu et qui risque d'avoir des retombées encore incalculables pour l'avenir même de notre système social, des emplois, du coût de la vie (etc) non seulement en France mais encore dans les pays européens qui courberont l'échine devant les U.S.A.
Qu'ils aient le courage de leurs actes!
Les politiques doivent être montrés de l'index, ils seront les grands responsables des conflits à venir, car on ne peut plus continuer dans les orientations dictées uniquement par des intérêts plus particuliers que généraux, le pire est à venir faute d'avoir des politiciens compétents face à la dérive actuelle qui ne saurait se résoudre par toujours plus de ponctions (c'est toujours facile de tout augmenter mais il faut un jour ou l'autre trouver d'autres solutions, surtout plus justes, tout comme ce n'était pas aux peuples de supporter la crise venue des U.S.A. ce n'est pas aux peuples de supporter les dérives de la haute finance internationale, ceci écrit en passant !)
Que ces politiciens (hommes de paille ou marionnettes pour certains) commencent par réduire leurs privilèges, et surtout s'interdire toute corruption et les choses iront déjà bien mieux car elles seront plus claires et les citoyens et citoyennes reprendront peut être confiance en la politique gouvernementale engagée...pour le moment c'est loin, très loin d'être le cas.

Auch toujours des problèmes de manque de personnels



L’établissement hospitalier veut réaliser 800.000 euros d’économies en mettant sur pieds une organisation différente ce qui pourrait être un moyen de réduire un peu plus les effectifs selon des syndicats.
On rappelle les  manifestations des personnels des urgences en avril 2013, notamment, compte tenu que le nouveau service ouvrait avec un manque d'effectif crucial.
Des orientations se profilent aussi pouvant être de nature à être préjudiciable aux effectifs publics ainsi le nouvel établissement pour personnes âgées (à l’arrière de l’actuelle maison de retraite) qui sera un Ehpad destiné à remplacer les deux structures existantes, devenues obsolètes... 
La construction de cet Ehpad est régie par un bail emphytéotique hospitalier (BEH) dont le bénéficiaire est le Groupe Arcade...cet Ehpad devrait être opérationnel en 2015...
On voit là encore un cheval de Troie du privé s'installer sur un patrimoine public...les exemples ne manquent pas concernant cette manière de faire rentrer par la petite porte des intérêts privés, avec tout ce que l'on connaît concernant les effectifs  toujours moindre que dans les maisons de retraites réellement publiques (sic).
Le temps d'une réelle transparence du patrimoine hospitalier devient une nécessité, tout comme les mutinationales (et autres) se doivent d'être moins opaques dans leur gestion ceci dans l'intérêt général car en définitive ceux qui subissent les conséquences de la dérive politique actuelle en mat!ère hospitalière ce  sont principalement les patients et les personnels, tous les autres s'en tirent bien et même très bien (hommes politiques, actionnaires etc)...

(A suivre)

lundi 3 février 2014

Le Campus ouvre ses portes le 8 février

Le Centre hospitalier intercommunal de Meulan-Les Mureaux
organise une journée portes ouvertes de son campus le 8 février 2014.