mardi 21 mars 2017

Lettre ouverte contre la fermeture de 3 hôpitaux du Nord Essonne


Lettre ouverte à Madame Marisol Touraine, ministre de la Santé et Monsieur Christophe Devys, directeur général de l'ARS Ile de France
Demande de moratoire sur le projet de destruction de 3 hôpitaux du Nord Essonne

Madame la Ministre de la Santé,
Vous venez de décider de détruire les hôpitaux de Juvisy, Longjumeau et Orsay pour financer un nouvel établissement public à Saclay.

Cette décision est anti-démocratique et illégale puisqu’elle a été prise au mépris de la consultation des populations bien que la loi l’exige. En effet, l’ARS dit qu’il convient d’ “associer l'ensemble des acteurs du système de santé dans l'élaboration et la mise en œuvre de la politique de santé, dans un esprit de dialogue et de concertation” cf le Projet régional de santé en Île de France en matière de démocratie sanitaire.

Il s’agit de “mobiliser tous les acteurs pour lutter contre les inégalités sociales et territoriales de santé” (p. 13 du Plan Régional de Santé de l’Ile de France).
Le 22 novembre 2016, vous avez organisé des Assises de la santé en Essonne, et ce projet, qui va bouleverser la proposition de soins de santé en Essonne n’y a même pas été soumis alors que la loi exige de prendre en compte les besoins réels du territoire.

De plus, la zone du Nord Essonne, et en particulier Juvisy-sur-Orge, Viry et Savigny sont identifiées par l’ARS comme zones fragiles sous l’angle de l’accès à l’omnipraticien, de l’évolution prévisible de l’offre en médecine générale, des besoins de la population et de la complémentarité de l’offre sur le territoire.
Ainsi, fin 2016, on constate, dans les 3 villes concernées, le déficit croissant de généralistes sur nos communes : 4 sur Juvisy, à peine 12 sur Savigny sur orge, ainsi que de nombreux départs à la retraite à prévoir dans les années qui viennent.
De plus, la suppression d'environ 500 lits assortie de celle de 900 postes de professionnels va détériorer de façon dramatique la situation.
Précisons que la fréquentation actuelle est de 43 154 patients par an sur les 3 hôpitaux, que 19.000 passages aux urgences ont été décomptés sur Juvisy en 2015 y compris la nuit.
Les besoins sont donc importants.

Enfin, la construction d’un nouvel hôpital public à Saclay (directement dicté par les contraintes des offreurs), trop excentré au regard du territoire concerné, ne justifie en aucun cas la destruction des hôpitaux de Juvisy et Longjumeau, ancrés eux historiquement et géographiquement dans le territoire depuis fort longtemps.
Pour rappel, le bassin de vie qui rayonne autour de Juvisy, Longjumeau et Orsay représente
500 000 habitant(e)s. 20 kilomètres séparent Juvisy-sur-Orge de Saclay. En combien de temps cette distance peut-elle être parcourue aux heures de pointe ?
Ce projet, s’il venait à se concrétiser, se ferait au détriment de la population locale et aggraverait les inégalités sociales et territoriales de santé. L’ARS, en poursuivant ce projet, contredit son propre schéma directeur de « réorganiser et rééquilibrer l’offre de santé en réponse aux besoins des populations ».

Est-il besoin de rappeler que nous sommes sur un territoire qui présente des risques multiples: sanitaires (pollution due à l’aéroport d’Orly, la N7, l’A6…), risques d’accidents (axes routiers, gares…), de catastrophes naturelles (zones inondables sur les bords de Seine, ), industriels (zones Seveso)… qui requièrent la proximité d’hôpitaux et de services d’urgences.
Arriverons-nous, à force de restrictions et de calculs purement comptables, à une situation où les infrastructures existantes ne pourront plus accueillir les patients et leur assurer des soins décents en cas de crises sanitaires récurrentes et largement prévisibles comme une simple épidémie de grippe ou un épisode de canicule?

Par ailleurs, rien n’est dit de l’avenir des personnels soignants. Nous nous associons à leur inquiétude légitime.

Aussi, nous, Comité de Défense des Hôpitaux du Nord Essonne, avons pris l’initiative de lancer une pétition sur ce projet.
A ce jour, plus de 12 500 personnes se déclarent contre le projet de fermeture des 3 hôpitaux.

Trois communes : Savigny, Viry, Morsang, ont voté, en conseil municipal, contre ce projet à l’unanimité.
Notre députée, Eva Sas, vous a interpellé sur ce sujet le 13 juin 2016, Madame la Ministre de la Santé.
Le Conseiller régional Lamine Camara, est aussi intervenu pour défendre la cause des habitants du bassin du Nord Essonne et des salariés des hôpitaux.

Nous, Comité de Défense des Hôpitaux du Nord Essonne, exigeons qu’un moratoire sur le projet soit décidé sans attendre.

Nous souhaitons que les besoins sanitaires de la population de notre bassin de vie fassent l’objet d’une véritable consultation.
Celle-ci devra aboutir à un projet territorial pour répondre aux missions médico-sociales et de prévention de l’hôpital public auquel nous sommes attachés.

Dans l'attente d'un rendez-vous qui nous paraît extrêmement urgent, nous vous prions d'agréer, Madame la Ministre, l'expression de nos salutations citoyennes.

Michèle Plottu,
Présidente,
Pour le Comité de Défense des Hôpitaux du Nord Essonne

"La Vie Hospitalière" souhaite vivement que tous ces projets de centralisme hospitalier s'arrêtent, car ils vont à l'encontre d'un monde à l'échelle humaine. La démographie est plus ou moins galopante mais on continue à créer des espaces de vie sans aucun établissement de soins de proximité, après la désertification médicale nous avançons aussi vers la désertification paramédicale. Les disparités territoriales  s'accentuent gravement ce sont là les effets d'une politique qui ne vise que les profits sans même se soucier des conséquences qui pourront coûter bien plus cher à la collectivité dans le temps.

NB: 14.429 signataires à ce jour

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire